Archives de la catégorie: Hiver

Quand ma tête a mal au ventre : le lien intestin-cerveau

Depuis quelques années, la per­ception de notre système digestif a changé. Nous savons mainte­nant que notre intestin ne sert pas seulement à digérer des aliments. Cet organe contient des millions de neurones communiquant constamment avec notre cerveau. La santé de notre cerveau commence dans notre intestin, au point où on le surnomme notre second cerveau.

Le lien entre l’intestin et le cerveau est bien réel. Avez-vous déjà eu l’estomac à l’envers en périodes stressantes? Des papillons dans le ventre? Le système digestif est sensible à nos émotions : colère, peur et anxiété peuvent occasionner des problèmes digestifs. Mais le stress est plus qu’une émotion. Manger une alimentation pauvre en nutriments, manger sur le pouce ou encore manger des aliments qui ne nous font pas, c’est aussi stressant pour l’organisme. C’est la raison pour laquelle certains changements d’habitudes de vie et alimentaires peuvent avoir une grande influence sur la digestion et ainsi réduire des symptômes liés au stress comme l’anxiété.

Les aliments affectent directement notre cerveau
Quand on parle du cerveau, les aliments sont nos meilleurs alliés. Toutes nos cellules, hormones et neurotransmetteurs sont faits à partir de ce que l’on mange, en plus d’affecter notre flore intestinale (microbiome). Par exemple, les gras sont les blocs de construction de notre cerveau et contribuent à la production d’hormones, tandis que les protéines aident à la formation des muscles. Ainsi, une alimentation qui nous nourrit, riche en vitamines, en bons gras et en protéines de qualité est souvent l’une des meilleures stratégies lorsque notre humeur a besoin d’un coup de pouce.

Voici les aliments qui seraient les plus susceptibles d’affecter notre humeur en causant de l’inflammation, en modifiant nos hormones et en perturbant notre microbiome : le gluten, les produits laitiers, les organismes génétiquement modifiés, les sucres, les édulcorants et les huiles végétales transformées (soya, canola, maïs) qui sont de plus en plus souvent génétiquement modifiées.

Mais alors qu’est-ce que vous pouvez manger?
Privilégiez les vrais aliments : fruits, légumes, bons gras (huiles d’olive, avocat, noix, poisson), les protéines de qualité (œufs, viandes de pâturage, poissons, volailles). Des aliments anti-inflammatoires qui vous nourrissent nourrissent votre microbiome et redonnent à votre corps ce dont il a besoin. Alors, prêts à vous nourrir pour retrouver le sourire?

Julie Goulet, 

Titulaire d’un baccalauréat, d’une maîtrise et d’un doctorat en nutrition de l’Université Laval. Membre de l’Association des Naturopathes
Professionnels du Québec (ANPQ).

Cheminement

L’ère de la nouvelle conscience révolutionne la qualité de notre rapport à la vie

Les recherches scientifiques en épigénétique soutiennent que plus nous choisissons d’être conscients dans nos pensées, nos choix et nos actions, plus nos cellules se comportent pour le bien de l’ensemble en communion avec la vie.

Par conséquent, nos cellules pensent et répondent elles aussi avec conscience en régulant l’expression du génome, et les nouveaux paradigmes de conscience sont garder en mémoire dans le patrimoine génétique.

Bref, nos cellules sont le reflet de l’expression de l’intelligence cosmique au cours de milliards d’années, en tant que biologie.

En effet, nous savons maintenant que nos habitudes et nos attitudes de vie activent ou désactivent quotidiennement nos gènes, et que ces expressions s’impriment en se propageant comme une onde jusqu’au noyau de nos
cellules affectant tout, incluant notre système immunitaire, notre cerveau et notre système hormonal.

Néanmoins, la clé de voûte de l’épigénétique réside dans la mito­chondrie cellulaire. C’est grâce à la bioénergétique mitochondriale que la cellule s’adapte à son environnement. En dirigeant la force vitale et la biogenèse, la sagesse mitochondriale détermine la destinée de l’être dans son ensemble.

D’après le neurologue Dr David Perlmutter et l’anthropologue médical Alberto Villoldo, la mitochondrie représente le berceau du féminin universel, le point d’entrée dans la dimension cachée de la vie.

On sait depuis longtemps que les mitochondries sont au cœur de notre métabolisme puisqu’elles gouvernent la respiration cellulaire (pulsion primordiale) et la fonction génératrice d’ATP (énergie).

Mais, on ne fait que commencer à apprécier comment les dysfonctions mitochondriales peuvent être à l’origine d’un vaste répertoire de pathologies affectant à peu près tous les systèmes de notre organisme. Actuellement les chercheurs explorent ce lien avec les maladies comme le lupus, le cancer, l’Alzheimer et le Parkinson.

Enfin, la mitochondrie orchestre le mécanisme de régulation des gènes et contrôle la qualité des télomères (extrémités des chromosomes qui protègent l’ADN) en produisant fidèlement un bon niveau de méthylation au cours des divisions cellulaires. Et, c’est justement ce processus méthylé qui favorise le terrain biochimique de préservation de la vie et qui définit la manière avec laquelle une cellule va utiliser ou non nos gènes.

Shaamal (Joanne) Degrâce

Naturopathe agréée, membre de l’ANAQ, elle vous offre ses
25 ans d’expérience en matière de santé globale. Fondatrice propriétaire du Centre Quintessens et facilitatrice du programme Tao, une démarche de conscience intérieure. Coach spirituelle, professeure de méditation et yogi, elle vous invite au cœur de vous-même par le biais de retraites, d’ateliers ou de rencontres privées. Lisez son blogue et ses articles.

www.lavoiedutao.com | www.centrequintessens.com | 819-778-0900

Cheminement

Les « ites » de l’hiver

Durant la période froide, plusieurs infections bactériennes et virales sont courantes : bronchite, sinusite, otite, laryngite, amygdalite, rhume, grippe…
Avec ses huiles essentielles antibactériennes, antivirales et stimulantes pour le système immunitaire, l’aromathérapie a déjà fait ses preuves. Et elle nous offre une grande variété de possibilités pour prévenir et traiter ces infections.

Parmi toutes les possibilités, en voici quelques-unes qui sauront vous accompagner tout au long de l’hiver :

Eucalyptus radié (eucalyptus radiata) : Sans danger pour toute
la famille, cette huile essentielle stimule le système immunitaire et est antivirale, antibactérienne, expectorante, en plus d’aider à calmer la toux.

Lavande aspic (lavandula latifolia cineolifera) : Douce pour toute la famille et idéale pour les enfants, elle stimule le système immunitaire, est antivirale, antibactérienne et expectorante. Son action antalgique analgésique calme les douleurs liées aux otites et aux sinusites.

Origan compact (origanum compactum) : Antibactérien et antiviral puissant, immunostimulant et considéré comme un antibiotique naturel, on l’utilise souvent en prévention, mais il est vraiment puissant en traitement aigu des
affections des voies respiratoires. On doit prendre certaines précautions lorsqu’on utilise ce guerrier .

Ravintsara (cinnamomum camphora cineoliferum) : Utile en diffusion et en application locale, cette huile est aussi utilisée en interne en synergie avec du miel. Elle est antibactérienne, antivirale, expectorante, immunostimulante et elle aide à prévenir et à traiter toutes les -ites .

Pruche (tsuga canadensis) : Essence du Québec, chouchou de plusieurs. Elle est antibactérienne, antiseptique, expectorante, oxygénante, antitussive. Elle est très utile en diffusion pour désinfecter l’air et traiter les infections des voies respiratoires.

Menthe poivrée (mentha piperita) : Très utile pour soulager les douleurs et l’inflammation en cas de sinusite, d’otite, de fièvre et de mal de gorge. Elle est expectorante, antivirale et antibactérienne. Elle vous aidera à avoir un second souffle grâce à sa fraîcheur .

Que vous utilisiez ces essences aromatiques en application locale sur la peau (diluées dans une huile végétale), en interne (pures sur la langue ou diluées dans du miel ou de l’huile végétale) ou en diffusion atmosphérique, il est important de s’informer des précautions d’emploi pour chacune d’elles.

Certaines peuvent avoir des contre indications. En cas de doute, demander conseil à un aromathérapeute.

Cet hiver, prenez plaisir à respirer librement en transformant l’air que vous respirez en air sain et aromatisé. En choisissant des essences qui vous inspirent, elles sauront toucher votre cœur à chaque inspiration.

 

Josée Thériault, N.D.

Aromathérapeute, enseignante d’aromathérapie intégrale à Gatineau depuis 2004. Auteure du livre L’aromathérapie simplement, publié en 2004. Animatrice de groupes de méditation « Conscience en Soi », naturopathe, énergéticienne, massothérapeute, coach, membre de l’ANPQ et de la RMQ. Pour s’épanouir en santé.

MANATURE Santé Détente | www.joseetheriaultnd-intuitive.com | 819-921-2746

Cheminement

L’achat local dans tout son sens

Nous avons tous entendu parler de l’importance d’acheter localement notre nourriture. Qu’en est-il des autres produits destinés à la consommation tels que les produits corporels, thérapeutiques, netto­yants ainsi que les suppléments, les vêtements, etc.?

Pourquoi consommer des produits locaux?

  • Pour la fraîcheur, le goût et la qualité des aliments/ingrédients.
  • Pour préserver l’environnement : réduire notre empreinte écologique en réduisant le transport (kilométrage alimentaire de 2 500 km en moyenne!). Une contribution significative à la réduction des produits pétroliers et des gaz à effet de serre.
  • Pour soutenir l’économie locale : permet de soutenir les agriculteurs et les producteurs locaux, d’assurer notre souveraineté alimentaire/médicinale et de faire rouler l’économie de nos communautés.
  • Pour faire des économies : bénéficier de prix avantageux et consommer des produits de saison au moment où ils sont au prix le plus bas parce qu’ils sont disponibles en abondance.
  • Pour préserver sa santé : certains végétaux peuvent perdre une partie de leurs vitamines au cours de leur transport ou de leur stockage.

Où faire attention?

Le terme « local » ne veut pas automatiquement dire que les aliments, les produits de santé ou corporels, etc. sont issus
d’une agriculture diversifiée ou biologique. Ce terme est souvent employé pour décrire des produits qui ont uniquement été préparés ou transformés localement, en utilisant principalement des ingrédients importés. Peut-on dire qu’on contribue aux vraies valeurs de « l’achat local » lorsqu’on achète des produits simplement fabriqués, mais non cultivés, localement?

À mon avis, non! Pour que l’achat local ait une vraie répercussion économique et environnementale, il faut appliquer la définition pour ses vraies valeurs et prendre le temps de réfléchir à la provenance de nos achats et à la qualité des ingrédients que nous utilisons.

En plus de tous les avantages énumérés plus haut, en achetant des produits locaux faits avec des ingrédients locaux, vous :

  • Réduisez énormément la chaîne d’intermédiaires entre l’agriculteur et vous, ce qui vous donne accès à un produit extrêmement frais et vivant et, dans la majorité des cas, un produit d’une qualité incroyablement plus élevée. Au lieu d’aller dans les poches de tous les intermédiaires, ce qui laisse un faible pourcentage pour couvrir les frais de production, votre argent sert
    directement à payer pour le produit. Sans compter que des ingrédients « vides », comme de l’eau, des dérivés du pétrole ou encore des ingrédients chimiques tels que les parfums, se retrouvent beaucoup trop souvent dans la majorité des produits de santé dits naturels.

Cheminement

Le jeûne – Un hommage à la vie

Le jeûne revient à la mode par les temps qui courent. Que ce soit pour des raisons préventives, thérapeutiques ou spirituelles, cette pratique ancestrale de purification est revisitée et modernisée.

En naturopathie et en science ayurvédique, le jeûne intégral ou intermittent est salutaire et sécuritaire si les règles sont respectées. Il faut savoir que la clé qui maintient l’équilibre de la santé globale et qui restaure la régénération cellulaire repose sur la capacité de désintoxication du corps. Or, le jeûne sous toutes ses modalités enclenche les processus d’auto-guérison, d’auto-purification et d’auto-régulation. Le jeûne est un outil de revitalisation qui invite le corps ainsi que l’esprit à se libérer de leurs impuretés pour se régénérer.

La santé dépend non seulement du degré de toxicité cellulaire (Amas), mais aussi de la quantité et de la qualité de la force vitale (Prana) qui nous habite. Tout s’harmonise autour du rendement de cette force vitale qui, grâce au feu digestif (Agni), métabolise les nutriments, rétablit l’activité de la mitochondrie cellulaire et gouverne l’expression de notre bagage génétique. Nos pensées et nos émotions sont également libérées par Agni. Quand ce feu intérieur est sain, le lâcher-prise devient plus facile. Nous pouvons demeurer dans le courant du moment présent puisque l’énergie circule de façon plus fluide dans les circuits (Nadis) de notre structure bioénergétique.

Pendant le jeûne, nous préservons ce qu’on appelle en sanskrit Ojas, l’éclat lumineux de notre essence naturelle. Le corps s’affine et le mental s’apaise. Les idées deviennent plus claires et la mémoire plus active. L’esprit s’élève, l’imagination devient plus vive et l’humeur plus joyeuse. Nous nous tournons spontanément vers ce qui est vivant à l’intérieur de nous, vers ce qui est essentiel. Et, dans ce climat de retour à soi, le cœur s’ouvre, ce qui nous donne un sentiment de bienveillance, de confiance, d’allégresse et de bien-être.

Grâce au jeûne, toutes les couches de notre être — physique, mentale, psychologique et spirituelle — se mobilisent pour se mettre au service de la Vie. Donner un sens plus profond à la pratique du jeûne, c’est lui redonner son plein pouvoir. Celui de nous reconnecter à notre pureté, la partie de nous qui veut connaître l’expansion et faire place à l’essence. C’est une offrande à la vie, un geste d’humilité face à ce qui est appelé à être abandonné et à ce qui veut renaître.

 

Shaamal (Joanne) De Grace| Naturopathe agréée, membre de l’ANAQ, elle vous offre ses 25 ans d’expertise en matière de santé globale. | Fondatrice propriétaire du Centre Quintessens et facilitatrice du programme Tao, une démarche de conscience intérieure. | Coach spirituelle, professeure de méditation et yogi, elle vous invite au cœur de vous-même par le biais de retraites, d’ateliers ou de rencontres privées. Suivez son blog et ses articles. | www.lavoiedutao.com | www.centrequintessens.com | 819-778-0900

Huiles essentielles et soulagement de la douleur

Notre corps physique, ce temple sacré rempli de sensations et d’émotions, est notre messager.
Il nous communique à chaque instant des messages remplis d’intensité — doux, agréables,  forts ou désagréables selon l’expérience vécue — nous invitant  à l’écouter. Si on néglige de l’écouter et d’en prendre soin, il finit par nous crier ses besoins d’amour, de repos, d’écoute et de respect de nos limites — par des douleurs et des maladies.

Les huiles essentielles peuvent constituer une façon naturelle et efficace d’en prendre soin et de soulager les douleurs qu’il exprime. En voici quelques-unes qui sauront vous soulager et vous réconforter.

Eucalyptus citronné (Eucalyptus citriodora) est antispasmodique, anti-inflammatoire et antalgique, efficace pour traiter l’arthrite,
la tendinite, la sciatique, les rhumatismes et les douleurs musculaires.

Gaulthérie couchée (Gaultheria procumbens) est antalgique, antispasmodique et antirhuma­tismale, efficace pour traiter la
tendinite, l’arthrite, les rhumatismes, l’arthrose, les crampes et les contractures musculaires.

Menthe poivrée (Mentha piperita) est anesthésique, analgésique et anti-inflammatoire, efficace pour traiter la névralgie, la sciatique, l’arthrite, les rhumatismes, la ten­dinite et les douleurs musculaires.

Lavande vraie (Lavandula angustifolia) est antispasmodique, antalgique et décontractante musculaire, efficace pour traiter les crampes, les spasmes, les douleurs musculaires et les rhumatismes.

Laurier noble (Laurus nobilis)
est antalgique et antinévralgique, efficace pour traiter l’arthrite, les rhumatismes, la névralgie, les douleurs musculaires et la polyarthrite rhumatoïde.

Ces huiles essentielles peuvent être utilisées seules ou en synergie. Vous pouvez mélanger entre 50 et 75 gouttes d’huiles essentielles à 15 ml d’huile végétale (1 c. à table) et appliquer localement une petite quantité de ce mélange synergique 2 à 5 fois par jour, selon les besoins. Le choix d’huiles végétales peut aussi optimiser votre synergie
– par exemple l’huile d’arnica ou de millepertuis, aux vertus anti-inflammatoires.

Certaines précautions d’emploi s’appliquent. En cas de doute, référez-vous à un aromathérapeute.

Choisissez en pleine conscience le bien-être et prenez soin de vous dans la douceur et la compassion!

Josée Thériault, N.D.

Aromathérapeute, enseignante d’aromathérapie intégrale
à Gatineau depuis 2004. Auteure du livre L’aromathérapie
simplement,
publié en 2004. Animatrice de groupes de
méditation « Conscience en Soi », naturopathe,
énergéticienne, massothérapeute, coach, membre
de l’ANPQ et de la RMQ. Pour s’épanouir en santé.

MANATURE Santé Détente  |  www.joseetheriaultnd-intuitive.com  |  819-921-2746

Josee Theriault, N.D. | Aromathérapeute, enseignante d’aromathérapie intégrale à Gatineau depuis 2004 | Auteure du livre L’aromathérapie simplement, publié en 2004. | Animatrice de groupes de méditation « Conscience en Soi » | naturopathe, énergéticienne, massothérapeute, coach, membre de l’ANPQ et de la RMQ. | Pour s’épanouir en santé. MANATURE Santé Détente | www.joseetheriaultnd-intuitive.com | 819-921-2746  

Perdre du poids, un jeu d’hormones!

Lorsqu’on parle de santé, la perte de poids est souvent l’un des premiers objectifs. On se dit que l’on va manger moins et bouger plus. Même si cela semble simple, nous connaissons tous quelqu’un qui a tout essayé, même manger 900 calories par jour et tenter d’en dépenser 600 par l’exercice, sans succès. La perte de poids, c’est beaucoup plus qu’une question de volonté ou de calories. Certains aliments, même ceux considérés comme étant santé influenceraient nos hormones, mais aussi notre appétit. Les hormones de stress, thyroïdiennes, l’insuline ou encore la leptine peuvent nous jouer des tours et rendre l’atteinte d’un poids santé plus difficile.

Un jeu d’hormones

Plusieurs hormones jouent un rôle central dans la perte ou le maintien du poids, mais les deux principales sont l’insuline et la leptine.

• L’insuline est produite par le pancréas. Elle sert à transporter le sucre que l’on mange, et le surplus de sucre sera transformé en gras grâce à notre insuline.

• La leptine est produite par les cellules adipeuses et est appelée hormone de satiété. Elle est sensée dire au cerveau que nous avons assez mangé ou que nous avons stocké suffisamment de graisses; un dérèglement influencera donc notre appétit.

Un coup de pouce pour nos hormones

Aider à régulariser vos hormones en réduisant l’inflammation causée par l’alimentation et en évitant de consommer trop de glucides (sucres) — Si vous consommez des glucides, assurez-vous de les manger avec des aliments denses en nutriments, comme des protéines, des fibres et des bons gras, qui aideront à retarder l’assimilation des sucres ou faciliteront leur utilisation.

Autres petits conseils pour aider vos hormones

• Manger des aliments non transformés et surtout des végétaux de toutes les couleurs.

• Chaque fois que vous mangez de la viande ou des protéines, mangez aussi une généreuse portion de légumes pour aller chercher plus de nutriments.

• Combinez vos fruits avec des noix pour les accompagner de bons gras et de fibres.

• Ajoutez toujours un bon gras à votre repas pour avoir de l’énergie plus longtemps et pour favoriser l’absorption des vitamines.

• Ne négligez surtout pas votre sommeil.

Julie Goulet| Titulaire d’un baccalauréat, d’une maîtrise et d’un doctorat en nutrition de l’Université Laval. Membre de l’Association des Naturopathes Professionnels du Québec (ANPQ). Clinique Multi 555 St-Joseph (2ième étage), Gatineau

La préparation des défenses

Avec la saison froide qui s’installe, quoi de mieux que de se préparer à faire face à toutes les éventualités en tonifiant et en stimulant notre système immunitaire?

Avoir des habitudes de vie saines, une alimentation variée et équilibrée, un bon sommeil, des pensées positives, inspirantes et créatrices et de bons moyens de gérer notre stress sont tous des éléments clés d’une bonne santé.

La prévention fait aussi partie intégrante de tout plan ayant pour but d’agir en pleine conscience et de façon active sur notre santé.

En aromathérapie, plusieurs huiles essentielles ont des propriétés antibactériennes et antivirales en plus de stimuler les défenses immunitaires de notre organisme. En voici quelques-unes qui sauront trouver une place de choix dans votre pharmacie familiale :

Bois de rose (aniba rosaeodora) : Non irritante pour la peau et les muqueuses, elle est stimulante immunitaire, antivirale et antibactérienne puissante, idéale pour les jeunes enfants.

Cannelle de Chine (cinnamomum cassia) : Stimulante immunitaire, antivirale et antibactérienne puissante, elle doit cependant être diluée (maximum 20 %) dans une huile végétale, car elle est très irritante pour la peau et déconseillée pour les jeunes enfants et pour les femmes enceintes. À utiliser sur une courte période.

Eucalyptus radié (eucalyptus radiata) : Sans danger pour toute la famille, cette huile essentielle est stimulante immunitaire, antivirale, antibactérienne et expectorante, en plus d’aider à calmer la toux.

Giroflier (eugenia caryophyllata) : Comme la cannelle, stimulante immunitaire, antivirale, antibactérienne puissan¬te; elle doit cependant être diluée (maximum 20%) dans une huile végétale, car elle est très irritante pour la peau et déconseillée pour les jeunes enfants et pour les femmes enceintes. À utiliser sur une courte période.

Lavande aspic (lavandula latifolia cineolifera) : Douce pour toute la famille, idéale pour les enfants, elle est stimulante immunitaire, antivirale, antibactérienne et expectorante. Son action antalgique/analgésique calme les douleurs liées aux otites et aux sinusites.

Amusez-vous à combiner ces huiles essentielles. Commencez toujours par une petite dose d’environ 2-3 gouttes, car leurs principes actifs sont très puissants.
Certaines précautions s’appliquent; en cas de doute, consultez un thérapeute certifié.

Josee Theriault, N.D. | Aromathérapeute, enseignante d’aromathérapie intégrale à Gatineau depuis 2004 | Auteure du livre L’aromathérapie simplement, publié en 2004. | Animatrice de groupes de méditation « Conscience en Soi » | naturopathe, énergéticienne, massothérapeute, coach, membre de l’ANPQ et de la RMQ. | Pour s’épanouir en santé. MANATURE Santé Détente | www.joseetheriaultnd-intuitive.com | 819-921-2746  

Hibernation, l’hiver est le moment parfait pour prendre soin de soi

L’hiver, c’est le temps du repos, le moment de recharger nos réserves d’énergie, de passer plus de temps dans l’introspection et de mettre au clair nos intentions pour les mois d’activités à venir. C’est le moment de se dorloter, de manger des aliments réchauffants et riches en nutriments et de soutenir nos organes au moyen de plantes nettoyantes et nourrissantes.

À quoi servent nos organes?

Foie – Il filtre le sang et le nettoie des toxines, des bactéries et des médicaments pris tout au long de l’année. Il est responsable de la production d’énergie, régularise les hormones et le taux de sucre et transforme les toxines en non-toxines lorsqu’il fonctionne bien. Il sécrète la bile, laquelle est responsable d’une bonne digestion et de l’élimination. Maintien de la santé du foie : réduire la prise de médicaments, la consommation d’alcool et de substances toxiques (colorants, pesticides, etc.). Augmenter la consommation de plantes et d’aliments amers, tels le pissenlit, le chardon béni et l’agripaume.

Reins – Ils filtrent le sang et éliminent l’excès d’eau et les déchets, ce qui allège le travail du foie. Maintien de la santé des reins : boire beaucoup d’eau et réduire son apport de sel. Consommer des plantes telles que le persil, l’ortie, la racine de pissenlit, la verge d’or et l’écorce de bouleau.

Colon et intestin grêle – Ils sont la base d’une bonne santé. Leurs rôles consistent à éliminer les déchets, à récupérer l’eau, à maintenir l’équilibre hydrique et à absorber les éléments nutritifs, tels les vitamines et les minéraux. Environ 90 % de l’absorption des éléments nutritifs a lieu dans l’intestin grêle. Pour que l’organe fonctionne adéquatement, il est primordial d’avoir une flore bactérienne en bonne santé. Les aliments à haute teneur en prébiotiques et en probiotiques, les enzymes (lactofermentation) et les fibres y contribuent. Les antibiotiques de synthèse et les aliments aspergés au glyphosate (principalement les grains non biologiques, comme le riz, le blé, le soya et le maïs) s’attaquent aux bonnes bactéries qui cèdent la place aux mauvaises bactéries et aux champignons déjà présents dans les intestins, comme le candida.

Maintien de la santé du colon et de l’intestin grêle : une diète anti-candida est de mise, ce qui consiste principalement à couper les sucres, certains grains et les levures. Consommer des plantes telles que le topinambour, l’ail, le calendula, les racines de bardane, de pissenlit, de guimauve et d’aunée.

Mariane Desjardins Roy| Herboriste diplomée de l’Académie Herboliste. Ses études terminées, elle retourne dans sa région, l’Outaouais, où elle y établit son entreprise qui vise à donner accès à des plantes médicinales et des produits cosmétiques et thérapeutiques de haute qualité.

« Ch’te dit qu’à soir dans mon p’tit cœur, y fait frette » — Dédé

Bien que le changement d’heure ait quelque peu perturbé notre rythme biologique, notre sommeil et notre humeur, les journées grises à venir auront certains effets plus prolongés en raison des courtes journées de soleil durant les mois de novembre, décembre et janvier. Même si nous serons tous un peu affectés par le manque de luminosité et de soleil, certains deviendront complètement dysfonctionnels.

La dépression saisonnière

Elle est catégorisée comme un trouble affectif lié au manque de lumière naturelle, occasionnant une diminution de la synthèse de la vitamine D et une sérieuse baisse d’énergie mentale et de motivation à être actif. Bien que les mécanismes exacts de la dépression saisonnière soient encore mal compris, l’état de déprime serait dû à un déséquilibre biochimique dans le cerveau impliquant la mélatonine. Hormone du sommeil, celle-ci joue un rôle primordial dans la régulation du rythme biologique (cycle circadien) et de l’humeur. En l’absence de lumière, le corps augmente la production de mélatonine, déclenchant un état de fatigue et menant au sommeil. La présence de la mélatonine réduit considérablement la production d’endorphines et de sérotonine.

Le manque de soleil, lui, réduit la synthèse de la vitamine D.

Les endorphines ont plusieurs effets bénéfiques : euphorique, anxiolytique (diminue stress et anxiété), antalgique (antidouleur) et antifatigue. La sérotonine, quant à elle, est notre antidépresseur naturel, tandis que la vitamine D favorise l’absorption du calcium et du phosphore. Elle devient une alliée importante dans la minéralisation osseuse et articulaire tout en favorisant la tonicité musculaire. Même s’il est difficile d’évaluer les besoins précis, il suffirait de 10 à­ 15 minutes d’exposition au soleil deux ou trois fois par semaine pour combler entre 80 et 90 % des besoins en vitamine D d’un adulte en santé. Cette vitamine est synthétisée dans l’organisme humain sous l’action du rayonnement UV du soleil. Ses principales sources alimentaires sont les produits laitiers, les jaunes d’œufs et les poissons gras tels que le thon et le saumon.

Afin de contrer cet état et diminuer les symptômes de la dépression saisonnière, nous devons trouver des astuces pour augmenter la présence d’endorphines et de sérotonine ainsi que l’apport en vitamine D et sa synthèse. En voici quelques-unes :

Place aux hormones du bonheur

Nous avons tous déjà ressenti une poussée d’énergie et des picotements à la suite d’un effort physique. Dites bonjour aux hormones du bonheur! Parmi ses multiples bienfaits, l’activité physique occasionne une augmentation de la sécrétion d’endorphines et de sérotonine. Les effets peuvent durer jusqu’à six heures post-exercice. Privilégiez les exercices cardiovasculaires en endu­rance (marche, marche nordique, randonnée pédestre, ski de fond, etc.). S’ajouterons aux effets psycho­logiques, sans frais supplémentaires, des bienfaits cardiovasculaires, métaboliques et une diminution des tensions musculaires et articulaires. De plus, vous pourrez ainsi limiter le nombre de kilos qui voudront s’accumuler en prévision du temps froid. Même si les effets des endorphines augmentent avec l’intensité et la durée des activités physiques ou sportives, il est important de commencer doucement et d’augmenter progressivement selon notre forme physique et nos réalités de santé.

Allez jouer dehors

Quand ma mère en avait assez de nous voir grimper dans les rideaux, c’est alors que résonnait ma phrase préférée : « Allez jouer dehors! ». Puisque les effets de la vitamine D ne résultent pas uniquement de son apport par la nourriture, mais aussi de l’action du soleil, la meilleure façon de contrebalancer le manque de lumière et de soleil serait donc… d’aller jouer dehors. Cette exposition à la lumière naturelle déclenchera une augmentation des endorphines et redonnera vigueur et énergie à nos journées, sans oublier une immense diminution du stress de ma mère. Ouvrez toute grande la porte, on s’en va jouer dehors. Bonne santé •
afs-kinesiologie

Stephan Ouimette| Kinésiologue, physiologiste de l’exercice, naturothérapeute, propriétaire de Myokin santé; diplômé de l’Université d’Ottawa en sciences de la santé, membre de la Société canadienne de physiologie de l’exercice, de la Fédération des kinésiologues du Québec et de l’Association des Naturothérapeutes du Québec. | stephan@myokin.ca I www.myokin.ca I 819 210 1286