Non au gazon conventionnel

Les travaux à réaliser et les comportements à adopter dans la maison pour réduire notre empreinte écologique sont de mieux en mieux connus. Mais qu’en est-il des espaces extérieurs? Cours,  jardins, terrasses et bassins ne sont pas à négliger. Quelques améliorations bien adaptées aux spécificités (climatiques, géographiques, pédologiques, etc.) du site pourraient y encourager la biodiversité locale, permettre un entretien minimum, optimiser l’utilisation de l’eau de pluie et créer des zones de fraicheur… Sans faire appel aux produits chimiques synthétiques.

L’article suivant, que nous vous présentons qui a été écrit par l’équipe de Écohabitation, n’aborde qu’un de plusieurs aspects qui touchent l’aménagement paysager. Nous avons placé à la conclusion de cet article les nombreuses autres réponses à vos questions que vous pourrez trouver sur son site Internet. Nous souhaitons que cet article vous inspire!

NON AU GAZON CONVENTIONNEL!
Tonte, fertilisation, arrosage…

La pelouse (gazon Kentucky) rend esclave et n’est aucunement écologique. Plusieurs couvre-sols peuvent être plantés comme solution de rechange.

Le gazon Kentucky rend esclave et n’est aucunement écologique. S’il est net, propre, protège contre l’érosion et offre une aire de jeu, il possède aussi de nombreux inconvénients :

• dans certaines régions, l’arrosage du gazon, qui nécessite environ 4 à 5 litres d’eau par m², est responsable du gaspillage de grandes quantités d’eau potable
• il nécessite beaucoup d’entretien (tonte régulière)
• dans les sols non adaptés, l’engrais chimique est souvent nécessaire. Il est donc en partie responsable de la pollution des nappes phréatiques, des cours d’eau, de l’air et des sols
• il uniformise les paysages

Autre option
Privilégier les couvre-sols qui nécessitent peu ou pas d’entretien.

A. LES PRAIRIES FLEURIES

Avantages des fleurs des champs indigènes :

• résistent à la sécheresse et aux périodes très humides
• s’adaptent à tous les types de sol (sec, humide, rocailleux…), exposées au soleil ou à l’ombre
• grande diversité, effets multiples et couleurs variées
• possibilité d’étaler différentes floraisons pendant la saison
• pas d’entretien (une fauche par an)
• attirent papillons, oiseaux, abeilles
• éloignent les pucerons et autres insectes nuisibles
• aucun engrais nécessaire

Inconvénient  :  prévoir cinq ans pour passer d’un gazon homogène à la prairie fleurie.

B. LES COUVRE-SOLS

Par exemple  :  quatre-temps ou cornouiller du Canada (fleur blanche), buchloé faux-dactyle ou herbe à bison (fleur rose), fétuque ou trèfle nain (effet très vert).

Avantages  :
• améliorent la qualité du sol
• résistent à la sécheresse, aux zones ombragées et aux sols humides
• ne nécessitent pas de tontes, d’herbicides
• empêchent la prolifération des mauvaises herbes. Les tiges courent à même le sol; il est donc très difficile pour les autres plantes de pousser au travers
• résistent au piétinement
• fixent l’azote
• réduisent l’évaporation de l’eau au niveau du sol
• préviennent l’érosion provoquée par le ruissellement
• existent dans une grande variété de formes, couleurs, volumes et effets.

C. LA PELOUSE ÉCOLOGIQUE
Si, malgré tout, on ne trouve pas son bonheur parmi les prairies fleuries et les couvre-sols, et que l’on tient absolument à avoir une pelouse, on optera pour une pelouse écologique. Elle se distingue de la pelouse traditionnelle en permettant à la diversité biologique de s’exprimer librement. Elle repose donc sur un équilibre écosystémique… Sans engrais!

Quelques conseils
• accepter le fait que les mauvaises herbes ne sont pas forcément nocives pour la pelouse (par exemple, le trèfle favorise la fixation de l’azote atmosphérique et joue le rôle de fertilisant)
• ratisser pour ramasser les débris (gazon mort)
• aérer la pelouse pour diminuer le compactage du sol, pour augmenter sa capacité de rétention d’eau et pour améliorer la circulation d’air aux racines
• après l’aération, et avant de semer, étaler une couche de compost pour nourrir la terre
• réensemencer chaque année les zones dégarnies – la pelouse clairsemée favorise l’apparition de mauvaises herbes
• favoriser un mélange de graminées avec trèfle (diminue le besoin de fertilisants)
• vérifiez que le pH se situe entre 6 et 7 (si inférieur à 6, ajouter de la cendre de bois à la chaux)
• tondre le gazon haut (8 cm/3 po) – il empêche ainsi la pousse de mauvaises herbes et ombrage le sol, ce qui retient l’humidité et favorise le développement des racines
• aiguiser les lames de tondeuse pour éviter de déchirer les brins d’herbe – ce qui rendrait la pelouse plus sensible aux maladies et aux insectes
• laisser les résidus de gazon coupé sur le sol – cela réduit l’utilisation d’engrais et limite la quantité d’ordures ménagères.

À savoir : pendant la sécheresse, le gazon jaunit, mais ne meurt pas! Nul besoin de l’arroser, il reverdira avec les pluies.

D. LES INSECTES
Trop souvent considérés comme nuisibles, on oublie que certains insectes peuvent être de véritables alliés dans le jardin. Par exemple, les vers de terre favorisent une bonne aération du sol et la transformation des matières organiques. Les coccinelles se nourrissent en moyenne d’une centaine de pucerons par jour, ce qui en fait un insecticide très efficace, peu coûteux et écologique. (On peut en trouver dans certaines jardineries et dans les magasins spécialisés). Les crapauds se nourrissent de limaces, perce-oreilles et autres insectes. L’utilisation de pesticides peut les faire disparaître, et leur tâche devra être effectuée par votre main ou des produits. Il est donc bien de penser son aménagement de manière à préserver ces espèces animales.

PELOUSE ÉCOLOGIQUE VS TRADITIONNELLE

Pelouse écologique

Activité biologique intense dans le sol
Traitements naturels – les prédateurs naturels contrôlent les infestations, la hauteur du gazon le protège
Biodiversité végétale
La vie du sol et la vigueur des plantes s’améliorent constamment
Des organismes vivants décomposent les tiges coriaces, telles que le chaume. Les racines profondes rendent le gazon résistant à la sècheresse

Pelouse traditionnelle

Faible activité biologique du sol
Traitements chimiques (insecticides et fongicides)
Monocultures, avec herbicides sélectifs
La pelouse devient de plus en plus vulnérable
Les engrais chimiques favorisent le chaume et la sècheresse

SAVIEZ-VOUS QUE…
• Pendant l’été, 1/3 de l’eau résidentielle (potable) est utilisée pour le jardinage, alors que l’eau de pluie récupérée est idéale pour les plantes.
• Au Québec, 380 l d’eau potable sont consommés par personne par jour, alors qu’en France, la consommation d’eau potable est plutôt de l’ordre de 150 l/p/j.

Au Québec, la consommation d’eau potable double durant la saison estivale. Cela est causé en partie par l’arrosage des pelouses et des plates-bandes.

Utilisé à plein régime, un boyau d’arrosage débite 1 000 litres d’eau potable à l’heure, soit l’équivalent de la consommation d’eau recommandée pour une personne pendant près d’un an et demi!

AUSSI À LIRE SUR LE SITE DE ECOHABITATION.COM
• Avant de commencer l’aménagement
• Aménagement extérieur
• Agriculture urbaine
• Aménagement
• Aménagement paysager
• Biodiversité
• Cour et jardin
• Eau de pluie
• Eau potable
• Espaces verts
• Gestion de l’eau
• Jardin écologique
• Plantes indigènes
• Récupération eau de pluie
• Terrasse végétalisée
• Végétation

Source : ÉCOHABITATION

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Créer un meilleur chez soi - autres articles intéressants

ConsoGlobe

5 plantes pour purifier votre chambre

Les plantes sont souvent sollicitées pour leurs qualités esthétiques au sein de la maison. Mais elles le sont aussi pour l’amélioration de la qua­lité de l’air qu’elles procurent permettant d’instaurer un environ­nement plus serein.

Lire Plus »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *