Qu’est-ce qu’un quartier énergétique? Comprendre les réseaux du futur

Lorsqu’on pense à un projet de construction écoresponsable, le commun des mortels pense à des aspects conventionnels : toit vert, récupération des eaux pluviales, panneaux solaires, etc. Mais en réalité, ce sont souvent les éléments cachés d’un immeuble qui le rendent plus vert. Pour son nouveau projet Zibi, le Windmill Development Group compte adopter un processus existant et unique en son genre, mais peu connu, et le développer de façon à le rendre encore plus efficace.

Le concept de quartier énergétique repose sur le principe d’une centrale énergétique pouvant générer de la vapeur, de l’eau froide et de l’eau chaude pour un quartier déterminé. Plusieurs villes et quartiers utilisent déjà ce principe pour chauffer ou refroidir, mais rarement les deux simultanément. Grâce à sa proximité de l’usine de recyclage de papiers et cartons Kruger qui utilise de l’énergie thermique comme source importante d’énergie pour sa production, Zibi sera en mesure d’utiliser les deux. En récupérant la vapeur, l’eau et la chaleur déchargées à la suite de la production, Zibi pourra les rediriger vers sa communauté au moyen de l’infrastructure existante. Les décharges seront ensuite refroidies ou réchauffées, le cas échéant, dans une usine centralisée, puis redistri­buées dans les immeubles.

Pourquoi utiliser un tel système? Parce qu’il permet de réutiliser l’énergie qui, autrement, serait gaspillée. Et parce que l’eau qui était auparavant rejetée dans la rivière trouvera un second usage. De plus, l’énergie que produit ce système permettra de réduire la charge du réseau d’énergie de la municipalité. Le système fonctionnera en tandem avec une usine de biomasse qui viendra soutenir le quartier énergétique lorsque celui-ci ne sera pas en mesure de fournir l’énergie nécessaire. Cette usine sera aussi en mesure de partager cette énergie avec l’usine Kruger et avec la ville, ce qui constituera un nouveau modèle de partage énergétique local.

Pour l’utilisateur-payeur, il s’agit d’un moyen d’agir sur sa consommation énergétique. En général, les gens consomment de l’électricité et reçoivent une facture d’Hydro-Québec sans vraiment y porter attention. Le chauffage est soit électrique, soit au gaz naturel, lequel provient principalement de l’Alberta. Quant au refroidissement, il est possible grâce à un climatiseur mural électrique. Le nouveau système permet d’utiliser les ressources de proximité, permettant ainsi aux utilisateurs de regarder de près les diverses sources d’énergie, ce qui crée chez eux un certain sens de responsabilité psychologique en tant que consommateur. Aussi, les utilisateurs pourront suivre leur consommation en temps réel et apporter des ajustements au fur et à mesure. Cette façon de faire permet aux gestionnaires de formuler des recommandations à l’intention des utilisateurs et de leur donner une bonne vue d’ensemble de leur consommation moyenne.

Le principe du réseau de chaleur et de froid s’inscrit très bien dans le modèle One Planet auquel Zibi adhère, modèle qui regroupe 10 principes qui soutiennent la durabilité et l’écoresponsabilité. Le réseau de chaleur est considéré comme étant neutre en carbone, puisque ses émissions proviennent des décharges d’une autre source. Le réseau de froid, quant à lui, est zéro carbone, puisque sa source d’énergie est entièrement renou­velable. Ensemble, ils forment l’un des seuls systèmes de ce genre au monde et possiblement un nouveau­ modèle à suivre pour les futurs développements immobiliers et de communauté.

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Créer un meilleur chez soi - autres articles intéressants

Nathalie Jobin

Fini le gaspillage!

Quatre trucs pour affamer nos poubelles et assurer une consommation responsable. De la pomme ridée au poireau desséché, en passant par la pinte de lait « passée date », chaque jour, on jette des aliments.

Lire Plus »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *