Rechercher
Close this search box.

Le spa ionique détoxifiant : à quoi ça sert?

L’énergie de vie au service de notre santé et de notre vitalité!
Le bain ionisant reproduit artificiellement certains aspects bénéfiques naturels généralement obtenus en marchant dans la rosée du matin, à proximité d’une chute d’eau, en montagne ou au bord de la mer. Ce sentiment de légèreté, de bien-être et de paix provient de l’assimilation par la peau et par les poumons de milliards de molécules d’eau ionisée.

Le principe du bain aux ions négatifs est basé sur l’iontophorèse, une méthode curative approuvée en 1970 par la FDA (Food and Drug Administration) des États-Unis. Iontophorèse est le nom scientifique désignant un traitement utilisant un faible courant électrique pour stimuler le corps. Sur leur passage, les ions négatifs neutralisent les déchets toxiques stressants et acidifiants qui ont une charge positive (cations) en leur donnant un électron (principe antioxydant). Dès que l’organisme est en mesure d’éliminer plus facilement ses déchets métaboliques et d’absorber les nutriments essentiels, les bienfaits régénérateurs qui en découlent sont nombreux.

Effets bénéfiques du traitement aux ions négatifs :
Élimine l’acidité (effet antioxydant puissant) — Soulage la douleur (arth­rite, rhumatisme, fibromyalgie, dos, muscles) – Réduit le stress physique, mental et émotionnel — Améliore la qualité du sommeil et l’humeur – Améliore le bien-être général – Stimule le métabolisme – Réduit l’inflammation et la rétention d’eau – Renforce les défenses immunitaires – Fait diminuer l’asthme, les sinusi­tes et les allergies – Excellent pour les cas de diabète – Facilite la circulation sanguine – Stimule les réseaux énergétiques (méridiens) – Améliore les capacités cérébrales (mémoire) – Soulage les maux de tête – Améliore le processus de la digestion et de l’excrétion – Facilite le drainage du système lymphatique – Soulage les symptômes de la ménopause – Soulage le psoriasis, l’eczéma, le zona et l’urticaire – Améliore l’assimilation du précieux oxygène et de l’eau — Inactive certains champignons, parasites et levures.

Le spa ionique est recommandé pour tout déséquilibre de la santé et de la vitalité. Malgré sa simplicité et tous ses bienfaits, il ne convient pas à tous : certaines précautions et contre-indications s’appliquent.

Pourquoi l’eau change-t-elle de couleur?
Les résidus agglomérés et les couleurs observées sont en majeure partie (plus de 75 %) créés par le générateur d’ions négatifs, lesquels interagissent avec les minéraux natu­rels de l’eau et le sel de mer ajouté pour augmenter la conductivité électrique. Il y aurait un peu moins de 25 % de tous les déchets présents dans l’eau qui seraient d’origine organique. Effectivement, le but premier de cette technologie est de transférer de précieux ions négatifs à l’organisme, non pas de « purger » les toxines du corps par les pores de la peau. La couleur de l’eau n’a donc pas de signification précise et elle peut être variable.

À quelle fréquence doit-on recevoir des traitements?
Selon les besoins. Une pause de 2-3 journées complètes entre les séances est cependant recommandée pour donner au corps le temps de retrouver son équilibre énergétique.

On parle de cure de détoxification aux ions négatifs lorsqu’on suit la recommandation de faire une série d’environ 12 séances, à raison de 1 ou 2 séances par semaine. Très utilisée pour traiter des problèmes chroniques ou simplement à titre préventif et à des fins de préservation de la santé, cette cure permettra à l’organisme d’éliminer ses déchets métaboliques plus efficacement, amenant un nouvel équilibre. On suggère de répéter cette cure au besoin, quelques fois par année. Évidemment, une bonne hygiène de vie et une alimentation saine sont également recommandées pour optimiser les résultats et le bien-être général.

Référence : http://ecodetox.ca

Le dernier bain au lit avant de mourir, peau à peau, âme à âme

Vous avez déjà lavé un nouveau-né seulement avec vos mains et du savon doux? Vous avez ressenti ce contact étroit et merveilleux entre vos mains et la petite vie qui naît à peine et qui vous fait confiance. Petit être vulnérable qui se laisse bercer par l’eau et vos mains. Cette sensation de bien-être, je l’ai ressentie à nouveau, mais dans un contexte tout à l’opposé : la fin d’une vie.

J’ai été infirmière-enseignante durant plusieurs années et j’ai travaillé auprès de gens en fin de vie dans les soins palliatifs. Un matin, je me trouvais avec une étudiante préposée et elle devait donner un bain au lit complet à une dame mourante. Elle se sentait incapable de le faire toute seule, alors je l’ai accompa­gnée. Nous nous trouvions de chaque côté du lit, encadrant la dame en fin de vie. J’ai dit à la dame que nous allions la rafraîchir avec un « bain à l’éponge ». Je me suis rappelée le bain des nouveau-nés et j’ai proposé à mon étudiante de ne pas utiliser de débarbouillette, mais seulement le contact des mains, en utilisant un savon doux sans rinçage qui est spécialement conçu pour faire la toilette des personnes en fin de vie.

Nous voilà donc, entourant la dame, le bol d’eau chaude au-dessus du lit, sur la table de chevet. Lentement, j’ai commencé par mouiller mes mains dans l’eau chaude et laver doucement le visage de la dame… Ensuite, j’ai encouragé mon étudiante à se mouiller les mains, à y verser du savon liquide et à laver le bras droit, tout en douceur, avec des gestes respectueux. Je parlais à la dame, lui donnant la permission de quitter la vie sur la terre… et lentement, respectueusement, nous lavions chaque région de son corps. Ce contact étroit m’a permis de réellement ressentir cette dame plus intimement, dans toute sa vulnérabilité et son entière confiance en nous. J’ai reproduit ces gestes plusieurs fois, encore et encore, et chaque fois, je savais que je touchais l’être dans le plus pur de son cœur et de son âme.

La dernière personne que j’ai hono­rée par ce toucher, c’est ma mère. Je savais que j’allais communiquer avec son âme par ce bain thérapeutique particulier sans obstacle entre ses membres et l’eau. J’ai ressenti en moi un apaisement m’invitant à continuer de prodiguer ces gestes d’amour à ma mère. Jamais je ne pourrai confirmer que ce dernier bain d’amour aura procuré un bien-être total à la personne, mais tout ce que j’ai pu ressentir de vibrations positives et d’émotions positives me confirmera que toucher la peau avec nos mains nues procure un apaisement.

Ayant lavé ma mère, que je connais très bien, je peux avancer que j’ai touché son âme et qu’il y a eu une communication âme à âme durant le bain. C’est comme si je pouvais entrer dans sa peau et toucher un brin de son âme. J’ose ici aller plus loin dans mon expérience en y ajoutant un facteur humain. J’ai déjà assisté à une conférence de Jean Monbourquette sur les deuils, et il nous a parlé du don, celui du décédé ou du mourant. Lorsque la personne se meurt, ayons la force de lui deman­der de nous donner une de ses qualités, qu’elle pourra gentiment nous transmettre afin de perpétuer sa mémoire, et c’est ce que j’ai fait. Pendant la belle sensation de contact peau à peau avec ma mère, je lui ai demandé de me donner son sourire facile.

J’ai eu cette merveilleuse chance de laver la personne la plus importante dans ma vie, ma mère, celle qui m’a donné la vie. Ce don de moi, c’était ma façon de la remercier. Nous avons pu vivre un contact privilégié entre nos deux âmes. Je l’ai ressenti!

Je vous invite tous, si, vous avez un jour la chance d’accompagner un être cher en fin de vie, à le laver avec toute la pureté de votre âme. Vous trouverez dans les centres de soins palliatifs un savon sans rinçage. C’est beaucoup plus facile de laver sans rincer… Il suffit juste de laver et d’essuyer. Je voudrais préciser qu’au moment de laver les organes génitaux, j’ai enfilé des gants et lavé avec une débarbouillette, justement par respect. Je vous invite encore une fois à oser laver la personne chère avec la même humilité et le même amour qu’on le fait pour un petit bébé. Vous en bénéficierez tous les deux.