Entités désincarnées (défunts) et passeur d’âmes

On estime généralement que le nombre de décédés depuis les débuts de l’incarnation de l’Humain sur Terre dépasse de beaucoup le nombre actuel des habitants de celle-ci.

Pourquoi ces entités sont-elles restées « accrochées » à la Terre?
La toute première chose à savoir, c’est que la nouvelle réalité du décédé est déterminée par l’état d’esprit dans lequel il se trouve au moment de sa mort. Or, cet état d’esprit reste figé tant et aussi longtemps que le défunt ne passe pas dans la Lumière; c’est seulement là qu’il pourra poursuivre son évolution.

Il est naturel de se demander pourquoi les désincarnés (ou défunts) restent sur le plan terrestre plutôt que de partir. Les explications à ce phénomène courant sont très nombreuses. Cependant, on peut distinguer quelques grandes catégories de raisons.

La première est sans contredit la PEUR… Peur de l’enfer, peur du jugement, peur d’être puni, peur de la Lumière (eh oui, la Lumière peut sembler absolument terrifiante pour un être qui se trouve dans la noirceur).

Ensuite, il y a les entités qui n’ont pas compris qu’elles étaient mortes. En effet, plusieurs désincarnés ont du mal à réaliser qu’ils sont décédés. Ce phénomène très fréquent est pratiquement systématique dans le cas des personnes décédées subitement.

Il y a aussi les défunts qui s’accro­chent aux êtres qu’ils aiment, parce qu’ils pensent être indispensables à leur bonheur, à leur réussite, etc. D’autres entités sont, elles, motivées par la vengeance.

Certains cas sont plus lourds (plus rares aussi, heureusement). En effet, il arrive que l’entité prenne les commandes et expulse le propriétaire légitime du corps (qui n’a plus aucun souvenir de ce qui s’est produit dans ces moments-là). On parle alors de possession.

Quels sont les impacts possibles pour les vivants?
Les entités désincarnées prennent l’énergie dont elles ont besoin pour se maintenir sur le plan terrestre en « squattant » les vivants. Leur nourriture? Les émotions générées par nos pensées ou certaines de nos habitudes de vie qu’elles apprécient particulièrement pouvoir poursuivre. Ainsi, les personnes squattées sont souvent aux prises avec divers troubles ne leur appartenant pas vraiment (difficultés relationnelles, excès de nourriture, jeu, alcool, drogues, sexe, jalousie, violence, psychose, problèmes de santé, etc.).

Ce qui est dramatique c’est que, le plus souvent, ces personnes se croient entièrement responsables de leurs agissements, et elles se sentent coupables et impuissantes.

Les personnes chez qui le squattage est plus récent peuvent connaître un revirement marqué de leur personnalité et de leur caractère, et leur entourage se plaint de ne plus les reconnaître (« Ce n’est plus la même personne. Je ne la reconnais plus. »).

Il est important de tenir compte de ces phénomènes avant de se blâmer soi-même ou de blâmer les autres. Des solutions existent.

Comment aider ces humains et ces entités?
Tout le monde peut aider les entités désincarnées à passer dans la Lumière. Quand vous soupçonnez leur présence et que vous souhaitez les aider, il est important de commencer par vous protéger en demandant l’assistance de vos guides et la protection de vos anges.

Afin que les entités acceptent de partir, il faut leur faire comprendre qu’elles sont décédées, que leur chemin se trouve du côté de la Lumière, leur expliquer qu’elles ne seront pas jugées, qu’elles sont attendues… Invitez-les à regarder autour d’elles; quelqu’un qui les aime est là qui les attend.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise pour procéder au passage, vous pouvez toujours faire appel à un « passeur d’âmes ».

Conclusion
Vous l’aurez compris… Il est très important, aussi bien pour les entités désincarnées que pour les vivants, de procéder à ce dégagement avec indulgence et compassion. Les entités reprennent alors le chemin de leur évolution et les humains peuvent reprennent leur vie en main.

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Au-Delà du soi - autres articles intéressants

Maurice Corriveau

L’expérience spirituelle

À la fin de mon premier article, paru en juin dans l’édition d’été de Cheminement, j’annonçais que, dans le numéro suivant, je traiterais de l’expérience spirituelle.

Lire Plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *