Être ou ne pas être en relation… là est la question!

Tant de personnes désirent « être » en relation afin « d’aimer et d’être aimées ». À la base, les hommes et les femmes désirent exactement la même chose, mais, après un certain temps, cette illusion s’effondre et, bien souvent, le couple aussi!

Être en relation avec quelqu’un, c’est apprendre à se découvrir et à se connaître par l’entremise de l’autre afin d’épurer notre propre contenu; et pourtant, nous entrons trop souvent en relation sans connaître notre mécanisme de fonctionnement ni le contenu qui nous habite. En plus, nous devons apprendre le mécanisme de fonctionnement et le contenu de notre partenaire, ce qui ne nous facilite pas la tâche.

Le plus grand problème se situe dans le fait que, lorsque nous sommes en relation, nous désirons inconsciemment réparer les blessures subies au cours de notre enfance; c’est ainsi que notre passé et celui de notre partenaire refont surface et que les guerres de pouvoir débutent.

En début de relation, les échanges se font merveilleusement bien; c’est la phase fusionnelle, durant laquelle nous sommes prêts à tout faire pour plaire à l’autre. Cependant, dès que l’un des deux ne comble plus les pré-requis de l’autre, la relation commence à se ternir, et nous prenons soudainement conscience du fait que tout n’est pas si parfait. La personne en face de nous n’est pas totalement celle qu’elle dit être, et nous croyons à tort que nous ne sommes pas avec « LA » bonne personne.

Dans certains cas, nous poursuivrons nos routes respectives vers quelqu’un d’autre en répétant le même scénario jusqu’à ce que nous acceptions de faire face à notre propre contenu. Au mieux, nous persistons au sein de la relation pour entamer la phase « de la réalité », durant laquelle nous commençons à découvrir le mécanisme de fonctionnement de notre partenaire et son contenu. Cette phase nous permet aussi de nous connaître personnellement encore plus en profondeur. Elle est souvent de type « montagnes russes » à cause des émotions impliquées dans la découverte de soi et de l’autre.

C’est au cours de cette phase que la communication devient totalement discordante entre nous et notre partenaire et que le chaos s’installe jusqu’à ce que nous arrivions à trouver un moyen de communication sain qui nous permettra de mieux nous entendre, nous écouter et nous soutenir. Cette phase n’est certes pas facile, mais elle est très enrichissante et gratifiante.

Bien sûr, les deux partenaires doivent avoir le désir de travailler chacun sur soi pour ensuite échanger l’un avec l’autre leurs découvertes et prises de conscience afin de pouvoir rétablir une communication saine et de continuer à construire une relation qui les mènera vers quelque chose de mieux pour eux. Si c’est le cas, il est maintenant temps d’accepter de baisser les armes en cessant de culpa­biliser et de responsabiliser l’autre et de jeter un regard en profondeur dans ses propres « trippes » pour constater ce qui nous habite et qui fait en sorte que nous agissons d’une certaine façon avec l’autre.

En conclusion, si nous partons avec l’idée que nous désirons trouver un partenaire afin de nous compléter, c’est que nous ne nous considérons pas comme une personne à part entière en voulant combler un manque, un vide ou des carences. Un partenaire de vie devrait être un plus dans notre vie, pour que nous puissions tous deux marcher côte-à-côte et non pour lui faire porter la responsabilité de notre malheur ou de notre bonheur!

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Orientation et choix de vie - autres articles intéressants

Jocelyne Barbeau

À fleur de peau

Je ne suis pas massothérapeute ni même titulaire d’un diplôme universitaire dans le domaine de la santé. Je ne prétends pas non plus posséder les connaissances nécessaires pour pratiquer le toucher thérapeutique, sinon qu’au moment opportun, je me situe dans le cœur.

Lire Plus »