Mon héritage et l’apprentis-SAGE de ma vie

Mon héritage et l’apprentis-SAGE de ma vie : un système digestif bien garni

Je vous explique. Je suis naturopathe agréée depuis 2001 et passionnée de mon métier! Mon objectif n’est pas de changer le monde, juste d’y faire une diffé­rence, et cela a commencé lorsque des « terroristes » ont capturé ma mère et l’ont torturée jusqu’à ce qu’elle s’avoue vaincue par un diagnostic de cancer.

Tout a commencé dans son côlon : constipation, diabète de type 2, métastases au foie, aux poumons et, finalement, PARTOUT… Maman n’avait pas vu venir ces intrus. Elle niait la communication entre microbiote, cerveau, intestins et ces micro-organismes qui construisent et détruisent tout sur leur passage, le tout en communication continue avec le nerf-vague qui relie l’intestin au cerveau.

Ma mère faisait peu de cas de son système digestif… Cet ange silencieux n’ouvrait la bouche que pour manger, sourire et souffrir. Elle manquait d’enzymes et de « bons soldats ». La surabondance de sucre et le manque de fixation d’un acide aminé (tryptophane) et de la sérotonine dans son ventre ont mené à la dépression et à la maladie. On lui enleva un morceau du côlon, puis son système reproducteur et sa vésicule biliaire. On y décela quelques kamikazes qui s’y étaient fixés.

Je lui rappelais que la salive amorce la digestion enzymatique, que l’acide de l’estomac dissout les aliments, que l’ouverture d’une porte (le pylore) permet ensuite le passage des aliments de esto­mac vers l’intestin grêle et que la fermeture de cette porte empêche le reflux. L’intestin grêle métabolise tout, et la route continue vers le côlon, offrant une grande surface de réabsorption, qui forme un réservoir où accumuler les résidus. Une autre porte (sphincter iléo-cæcal) empêche le reflux du côlon vers l’intestin grêle et, au final, « la porte de sortie » (sphincter anal) assure la continence. Dans le cas de ma mère, les « mauvais soldats » ont assiégé son côlon pour ensuite retourner insidieusement au niveau de ses veines et artères, oxydant le tout lentement et sûrement.

L’intestin de maman était devenu comme une passoire; il y pleuvait trop de germes et de levures indésirables, mais elle ne le savait pas.

VERSION TEXTE DE L’IMAGE CI-DESSUS :

Conseil pratique
Boire une heure avant ou après avoir mangé, pas pendant. Éviter de boire en mangeant, car cela noie vos enzymes de digestion qui sont vos bons soldats prêts à s’unir à votre microbiote et, ensemble, métaboliser vos aliments pour mieux les distribuer et ensuite éliminer les déchets convenablement, sans fermentation.

Saviez-vous que…
il y a 30 ans, une personne sur dix environ était allergique à quelque chose; aujourd’hui, c’est une sur trois. Plus de 95 % des bactéries qui nous entourent sont inoffensives pour nous, et nombre d’entre elles sont même nos alliées. Nettoyer devrait consister à réduire le nombre de bactéries, pas à les éliminer toutes.

Inspiration
« Vivre c’est guérir » de Nicole Bordeleau. Son livre raconte son histoire à travers l’axe cerveau-intestin et microbiote. Sa grande traversée nous plonge en nous-mêmes au travers de l’acceptation de la maladie et de l’art de se réinventer : « Il ne faut pas attendre de guérir pour vivre. »  Sa grande aventure nous fait comprendre que là où tu vas, tu es, contre vents et marées.

Pour en connaître davantage
Le lien ci-dessous traite des résultats de recher­ches qui démontrent des différences significatives dans la composition du métagénome chez les personnes obèses et des sujets sains.
http://ici.tou.tv/decouverte/S2015E02

Il l’a dit…
« Le cerveau intestinal serait capable de se souvenir; il participerait à la phase des rêves pendant le sommeil en produisant de la sérotonine et constituerait vraisem­blablement la matrice biologique de l’inconscient. » (Michael Gershon)

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Santé et forme physique - autres articles intéressants

Nadine Joannette

Osez l’homéopathie!

Bien qu’elle existe depuis le XVIIIe siècle, l’homéopathie fait encore couler beaucoup d’encre et suscite beaucoup de questionnements. Que peut-on en dire?

Lire Plus »