L’expérience spirituelle

À la fin de mon premier article, paru en juin dans l’édition d’été de Cheminement, j’annonçais que, dans le numéro suivant, je traiterais de l’expérience spirituelle. Eh bien, voici. Pour moi, l’expérience spirituelle est le processus consistant à entrer en relation avec cette réalité beaucoup plus vaste que l’expérience que je peux en faire, soit la SPIRITUALITÉ. Un chemin intérieur me permet de découvrir l’expérience de mon être et de vivre une expérience spirituelle.

Lorsque je suis connecté à mon intérieur, mon esprit me fait vivre quelque chose qui me dépasse, quelque chose de plus grand que moi. Cela me permet d’apprécier aussi les biens matériels qui me permettent de vivre de façon la plus équilibrée possible. Je contemple les beautés de la Nature et le mystère de son harmonie. Cela a quelque chose de transcendant, d’humain et de divin à la fois. Mon Soi intérieur profond est comblé.

Le souvenir de la naissance de mes trois enfants me rend admiratif et reconnaissant. Ma vie a un sens, celui de donner et de rendre service. Une peinture me transporte. Un coucher ou un lever de soleil, ou encore une pleine lune me fascinent. Mon corps, mon âme, mon esprit, mes aspects social et religieux ne font qu’un et sont des dimensions complémentaires dans tout mon être. Par mes sens, je peux jouir des belles choses de la vie. Mon âme garde mon corps animé. Mon esprit est source de contemplation. Ma relation aux autres et à Dieu me fortifie et me fait me sentir unique, apprécié et aimé.

Les dimensions « bio-psycho-sociale-spirituelle-religieuse » sont à la fois interdépendantes et interreliées. Mon Soi profond contribue à intégrer tous ces aspects en moi. Mon inspiration provient aussi bien de mes sens que de mon esprit, de mon âme et de mes contacts avec les autres et avec le Tout-Autre. Une puissance supérieure et transcendante m’ha­bite. Je prends conscience de mes forces à tous les niveaux et de mes limites aussi. Je suis un et unique. Je mets l’accent sur le spirituel. J’apprivoise le caractère inconscient de ma dimension spirituelle et je cherche à la rendre de plus en plus consciente.

Je chemine pour que mon spirituel inconscient devienne de plus en plus conscient, en faisant appel à la méditation, à l’admiration de la Nature, à l’écoute attentive du plus profond de moi-même, au lâcher-prise, à mes réflexions personnelles, à mes lectu­res et à tout ce qui peut m’élever, tout en demeurant bien enraciné dans la réalité. Mon être global comporte donc plusieurs dimensions, lesquelles s’alimentent les unes les autres afin que je devienne meilleur chaque jour et que je sois heureux dans le moment présent, dans chacun des instants qui me sont donnés si généreusement.

Yvon R. Théroux a fourni la définition suivante de l’expérience spirituelle : « S’ouvrir à cette vie profonde et intime, entrer dans son intériorité et conformer son agir en conséquence, ce qui va conduire à donner un sens unifiant et fondamental à l’existence ». En terminant, je me permets de décrire brièvement quelques-uns des critères d’une expérience spirituelle :
• spontanéité : la surprise nous oblige à être naturelle et vraie;
• unicité : l’expérience ne peut réagir de façon répétée de manière identique;
• apprentissage : suscite une nouvelle croissance;
• intériorité : permet une transformation profonde quand on est branché à son Soi;
• liberté intérieure : procure une énergie nouvelle;
• relation aux autres : poser des gestes gratuits et solidaires;
• relation avec le Transcendant : explorer une dimension plus grande que soi;
• réalité : assumer le réel dans « l’ici et le maintenant »;
• quête de sens : chercher un sens à l’existence.

1Théroux, Yvon R., « Le cheminement spirituel : un processus de maturation? », conférence donnée à Châteauguay en avril 2005 (Google).

Au fond, tout est là pour nous; ce n’est qu’une question de choix!

Commençons par la base. Dans quel état d’esprit serions-nous si nous apprenions à vivre nos vies dans une attitude d’ouverture et toujours accompagnés d’un sentiment de pleine reconnaissance et de gratitude pour l’incroyable beauté qui nous entoure? Sûrement que ce regard nous aiderait à nous réjouir de toutes les petites et les grandes joies de la vie que nous vivrions au quotidien. N’est-ce pas là le fondement d’une perception souhaitable que nous pourrions nourrir régulièrement en nous-mêmes… ne serait-ce qu’un tout petit peu chaque jour? Et comme le dit si bien l’auteur Christophe André dans son livre « Méditer jour après jour », cet effort à porter notre attention consciente en nous-mêmes est aussi valable à développer que de faire de l’exercice physique et de bien veiller à une saine alimentation. En entretenant ainsi notre jardin intérieur, nous développerons toujours plus de rapport intime avec nous-mêmes tout en nourrissant la profondeur de notre paix intérieure. Cette notion d’intériorité et de chemin intérieur n’est-elle pas aussi, en réalité, la seule route à suivre qui nous est indiquée pour nous guérir véritablement de nos différentes blessures tout en nous abreuvant à cette source infinie qui nous transporte vers de nouvelles aspirations pour ainsi vivre pleinement et plus consciemment notre espace-temps sur cette planète? Et c’est un fait reconnu que cette attention portée à notre intériorité est aussi un aspect important pour notre santé globale.

En parallèle avec cette réalité de notre intériorité, je suis en train de lire un tout nouveau livre que nous venons de recevoir à nos bureaux. Ce livre nous fait entrer dans une ère nouvelle concernant la santé. Il a été écrit par le célèbre auteur canadien Ron Garner et publié par la maison d’éditions Ariane. Le titre, « Révolution pour un monde sans maladie », est un titre audacieux qui porte à réfléchir. Il m’apparaît toutefois en lien direct avec l’actualité du moment face à notre cheminement collectif vers une santé optimale. Bien que ce livre puisse paraître un peu fantaisiste et utopique, la réalité des recherches sur la santé confirment que ces possibilités sont nettement devant nous et à notre portée en tant qu’êtres humains. Nous n’avons qu’à choisir ces chemins qui mèneront vers la pleine appropriation de notre santé globale. Bien que ce soit une route qui nécessite des engagements et des efforts de changement et de discipline personnels continus, surtout face à nos choix alimentaires, ce n’est pas dans les hôpitaux qu’on trouve des guides sur la façon de créer un monde sans maladie. C’est donc à nous de faire les bons choix, si nous voulons naviguer vers l’atteinte de cet objectif!

Plus que jamais dans l’histoire humaine connue, nous sommes les quelques générations qui bénéficient du plus de libertés et de choix face à ces libertés. Nous n’avons qu’à prendre un peu de recul pour observer le monde de possibilités qui s’offrent à nous. Et ici, je parle bien sûr surtout de tout ce qui touche de près les domaines du mieux-être et de la santé globale. Toutes les réponses sont là pour nous aider à choisir les parcours qui nous mènerons vers un mieux-être optimal. C’est réellement à nous de jouer!

De plus, vous découvrirez dans cette édition une grande richesse de pistes et de réflexions aidantes qui sont fournies par tous nos auteurs et qui, j’en suis persuadé, sauront contribuer à votre mieux-être, dans l’espoir que nous soyons sans cesse plus nombreux à emprunter cons­ciemment ce chemin composé de choix sains pour notre bien-être commun!

En vous souhaitant à tous plusieurs petites et grandes joies tout au long des prochains mois d’été!