Du rêve à la réalité

Partir en voyage autour du monde pour une année, mon rêve depuis si longtemps…

Alain : Partir en voyage autour du monde pour une année, mon rêve depuis si longtemps. Un rêve qui me semblait lointain, difficilement atteignable, dans le cadre de ma vie d’employé permanent du gouvernement ayant un chez-soi confortable à Chelsea. Au fil des ans, ce cadre deviendra ma prison dorée. À couler dans mes veines pendant si longtemps, le rêve devient de plus en plus fort et m’habite entièrement. Je VEUX le réaliser et accoucher de ma nouvelle vie. Si je ne le fais pas, l’image de mon futur semble teintée de regrets… Finalement, au prin­temps 2013, tout tombe en place, et je décide de quitter mon emploi et de louer ma maison. Si ce n’est pas maintenant, à 41 ans, ce sera quand? Ce qui me semblait impossible se concrétise. C’est le voyage du mitan. Je prépare le terrain pour la seconde moitié de ma vie.

Le plus difficile sera sans aucun doute de me séparer de ma fille, maintenant adulte, durant toute une année. Mais, comme un bon ami me l’a déjà dit, « À chaque décision, il y a un renoncement ». Puis, un imprévu : je tombe follement amoureux. Vais-je mettre de côté mon rêve de vie pour une histoire d’amour? Non, c’est trop important… J’annonce donc à Emmanuelle que je pars, mais que j’aimerais partager une partie de cette aventure avec elle. Elle tergiverse et finit par accepter, emballée à l’idée de découvrir le monde. Après trois mois de riches aventures en solitaire au Cambodge, en Thaïlande et au Laos, je vais retrouver ma bien-aimée au cœur d’une des villes les plus occupées du monde, Hô Chi Minh-Ville.

Emmanuelle : Je pars rejoindre Alain au Vietnam. Je suis fatiguée, mais l’excitation de retrouver mon amoureux me vivifie! Jusqu’à la dernière minute, il y avait tant à faire : préparer une année sabbatique, clore ma session universitaire, déménager et faire mes au revoir. Enfin, par une froide nuit hivernale, je me retrouve seule à l’aéroport, avec mon sac-à-dos un peu trop lourd! J’y suis. Qui l’eût cru! Ça faisait longtemps que je rêvais de dépaysement, de partir loin et pour longtemps, mais je repoussais toujours le projet. Et puis, ce fut la rencontre, l’amour inattendu, la possibilité d’un voyage, une occasion à ne pas manquer et, surtout, à vivre! La peur et l’envie m’habitaient. Étais-je prête à mettre de côté ma carrière pour un temps, à vendre le superflu et à remiser le reste pour partir avec mon nouvel amoureux? Finalement, ma certitude s’est imposée : je veux y aller; je décide de suivre l’élan de vie qui m’appelle et je saute!

Et une rafale d’aventures mémorables s’ensuit : les péripéties du sentier Hô Chi Minh en moto, la pratique du yoga dans sa plus pure tradition, l’exubérance du Rajasthan, les grandioses chaînes de l’Himalaya et les villages perchés, la retraite de méditation à Dharamsala, la mysté­rieuse Cappadoce en Turquie, le camping, les plages et les sardines grillées du Portugal, l’effrayante « via­ ferrata » de Gruyère et sa fondue réconfortante, les caves de Châteauneuf-du-Pape et de Porto, la route de Compostelle, la Normandie de nos ancêtres et tous les accueils chaleureux sur notre parcours. Mes découvertes et aventures ont été enrichies et colorées par le partage de ces beaux moments.

Nous sommes de retour depuis quelques mois et nous tentons d’intégrer de nouvelles perceptions à notre réalité à la suite de cette pause dans notre vie qui nous a permis de nous rapprocher de nous-mêmes et l’un de l’autre. Un lien solide nous unit maintenant. Notre regard sur le monde est un peu ébranlé. Nous ne souhaitons pas rentrer dans le même carcan. Notre besoin de réussir dans la vie s’est quelque peu estompé; nous voulons réussir notre vie et nous donner l’espace pour bien vivre. Désormais, nous ne voulons plus courir, mais marcher tranquillement, et c’est maintenant que nous voulons être heureux. Vivre légèrement nous a fait goûter à une liberté que nous voulons cultiver. Être riches avec peu de besoins!

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

Orientation et choix de vie - autres articles intéressants

Jocelyne Barbeau

À fleur de peau

Je ne suis pas massothérapeute ni même titulaire d’un diplôme universitaire dans le domaine de la santé. Je ne prétends pas non plus posséder les connaissances nécessaires pour pratiquer le toucher thérapeutique, sinon qu’au moment opportun, je me situe dans le cœur.

Lire Plus »