Une tendance verte dans notre assiette : le végétarisme

Bien qu’on défende depuis longtemps les bienfaits du végéta­risme, on parle maintenant plus que jamais non seulement de ses bienfaits pour la santé humaine, mais aussi pour celle de la planète et celle des animaux.

Viande transformée et viande rouge au banc des accusés
En se basant sur plus de 800 études, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) spécialisée sur le cancer, a classé, cet automne, la viande transformée (bacon, charcuteries, saucisses) comme cancérogène pour l’homme et la viande rouge (bœuf, veau, agneau, mouton, cheval, chèvre) comme probablement cancérogène pour l’homme.

Des chiffres inquiétants
Selon la FAO, l’élevage serait à l’origine de 18 % des émissions de gaz à effet de serre (soit plus que les transports), lesquelles contri­buent grandement au réchauffement climatique, et de 8 % de la consommation mondiale d’eau. Quant à la demande croissante pour les protéines animales, elle inflige des conditions désastreuses aux animaux. Selon la FAO, l’abattage des animaux pour fournir de la viande représente 60 milliards d’animaux tués chaque année mondialement, et la FAO prévoit que 110 milliards d’animaux seront tués chaque année en 2050.

Le végétarisme, un allié pour la santé
Plus on augmente notre consommation de légumes, de grains entiers, de fruits, de légumineuses, de noix et de soya, plus on ajoute des phytoprotecteurs, des antioxydants, des fibres tout en réduisant les gras saturés et le cholestérol. Cela aide à prévenir les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’ostéoporose, l’arthrite, les maladies rénales et l’obésité. Grâce à une consommation accrue de fibres et à l’élimination des viandes fumées, carbonisées ou contenant des nitrites, le végétarisme a un effet protecteur reconnu contre le cancer.

Des protéines à portée de la main
Faciles à apprêter, les légumineuses (soya, pois, lentilles, haricots) peuvent être ajoutées aux soupes ou aux salades et remplacer la viande dans divers mets tout en nécessitant une vigilance moindre quant au risque de contamination et de préservation adéquate.

Attention, toutefois, un végétarisme mal planifié peut s’avérer néfaste pour la santé. Il faut éviter de tomber dans le piège de la poutine ou des plats végétariens commerciaux qui sont très riches en gras, en sodium et en sucre. Il faut porter une attention particulière à certains nutriments en raison du risque de carences (fer, iode, vitamine B12, oméga-3, protéines). Consulter un/une nutritionniste est de mise afin d’assurer variété et équilibre au menu.

Une facture d’épicerie allégée
Les végétariens économiseraient jusqu’à 963,67 $ par année, un investissement non négligeable à long terme. À quantité égale, 100 grammes de tofu coûtent 0,44 $, tandis qu’un rôti de bœuf en coûte 2,86 $.

Les lundis sans viande, une façon de s’initier au végétarisme
Les Meatless Mondays ont fait leur apparition aux États-Unis en 2003. Depuis, plusieurs pays ont emboîté le pas. Au Québec, le mouvement existe depuis 2010.  www.lundisansviande.net

L’année 2016, Année interna­­tionale des légumineuses
2016 sera l’année de la promotion des protéines végétales et des effets bénéfiques sur la santé procurés par les légumes secs. Souhaitons que cette année nous sensibilise davantage aux bienfaits du végétarisme pour notre santé, celle de la planète, des animaux et de notre portefeuille!

BON À SAVOIR
Les légumineuses sont une source exceptionnelle de fibres. Une seule tasse de haricots rouges cuits en contiendrait 17 grammes.
Le Canada est le plus gros producteur mondial de lentilles et de pois secs destinés à nourrir les animaux, une mine d’or à découvrir pour nous aussi.

___________________
1FAO – Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

Des idées Vertes pour une planète Bleue

Il y a quelques semaines, une photo circulait sur Facebook : un ours polaire terriblement amaigri, sur un reste de glacier. Avez-vous vu cette photo? Moi, je l’ai vue et je l’ai regardée presque toute la journée. J’étais attristée, bouleversée et choquée. La réduction de la superficie des glaciers et le recul de la banquise arctique sont les conséquences les plus visibles du réchauffement climatique, et nous avons tous contribué à ce réchauffement. Nos modes de vie et nos consommations quotidiennes produisent de grandes quantités de gaz à effet de serre (GES).

La planète lance des cris d’alarme tous les jours, et que faisons-nous dans notre quotidien? Je me pose aussi cette question : qu’est-ce que je fais, MOI, pour la planète dans MON quotidien? Actuellement, je composte, je réduis mes déchets, je recycle. Qu’est-ce que MOI je pourrais faire de plus? Récupérer mon eau de pluie et faire du covoiturage. Et vous?

La chronique Des idées vertes pour une planète bleue est née de l’urgence de nous conscientiser et de passer à l’action. C’est avec un immense plaisir que je tenterai de vous communiquer le maximum d’informations pour vous suggérer des idées et vous donner le goût d’embarquer avec moi dans ce mouvement pour sauver la planète.

Je m’informe, je transforme… ma perception et mes actions!

Documentaire à visionner
Les pays d’Occident jettent quasiment la moitié de leur nourriture, non pas parce qu’elle n’est pas comestible, mais parce qu’elle n’a pas l’air appétissante. Tristram Stuart fouille dans les données choquantes des aliments gâchés et en appelle à une utilisation responsable des ressources mondiales. https://www.ted.com/talks/tristram_stuart_the_global_food_waste_scandal?language=fr

Sites web à voir absolument!

Rempli d’informations utiles et inspirantes pour les urbains : http://nutritionnisteurbain.ca

Pour nous aider à réduire nos émissions de gaz à effet de serre : http://www.acteurdurable.org/maison/consommation/reduction-gaz-a-effet-de-serre<\a>

Inspirant et constructif : http://www.davidsuzuki.org/fr/

Un aperçu des enjeux et des conséquences de la pollution pour les animaux et les plantes : http://especesmenacees.ca/fr/pollution.php

Un livre phare et inspirant pour réduire son empreinte écologique, Zéro Déchets de Béa Johnson
« Grosse maison, 4 X 4, réceptions somptueuses… Française d’origine, mariée et maman de deux garçons, Béa Johnson vit à fond le rêve américain pendant sept ans. Un jour, elle décide, avec sa petite famille, de changer de vie. Fini l’hyperconsommation : elle cherche désormais tous les moyens de désencombrer son existence… »

Pour bien manger sans gaspiller, La cuisine réfléchie du chef Daniel Vézina
« La cuisine réfléchie, c’est plus de 150 recettes pour nous aider à maximiser l’utilisation des aliments et à découvrir le plaisir de cuisiner nos surplus de table, de frigo, de garde-manger et du jardin. Acheter mieux, jeter moins et cuisiner davantage. »

Mot de la fin
Si vous êtes comme moi et que l’état alarmant de notre planète vous interpelle, agissez et faites passer le message autour de vous. Nous recevons tous les jours des signaux d’alarme de notre terre : la perturbation des saisons, les catastrophes naturelles de plus en plus présentes, les changements d’habitat des espèces animales et végétales… Il est plus que jamais important de changer nos habitudes.

Comme le disait si bien Neil Armstrong : « C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité. »