Le baladi : une danse qui allie charme et émotion

Parler de danse orientale en dehors des milieux où elle est pratiquée provoque souvent chez les hommes des commentaires moqueurs. Parfois même, d’aucuns affichent un air offensé en pensant à ces danseuses du ventre légèrement vêtues et provocatrices que l’on voit dans certains films. L’une et l’autre attitudes sont bien significatives de la tournure d’esprit de la plupart des gens et de leur méconnaissance.

Le baladi est une danse qui tranche beaucoup avec nos conceptions occidentales. En effet, la danseuse n’y est pas perçue comme un être quelque peu désincarné, comme c’est le cas avec le ballet classique ou les danses occidentales, qui demandent des corps presqu’anorexiques. Le baladi est une danse qui célèbre le corps, où le corps exulte. La danseuse y est donc perçue comme un être terrestre, un être charnel et c’est pour cette raison que les femmes qui ont des rondeurs ou des courbes prononcées trouvent dans le baladi une danse où elles sont enfin à l’aise. Elles se sentent élégantes parce que c’est une danse qui met en valeur les courbes féminines.

La danse occidentale qu’on appelle communément en Occident la danse du ventre ou le Belly Dancing en anglais, est souvent un dérivé plus ou moins authentique du baladi oriental. Cette danse connaît de plus en plus de succès en Europe occidentale et en Amérique. La baladi est une danse qui est quand même très sensuelle, sans être érotique. Elle peut être pudique, élégante, racée et exclusivement féminine. Traditionnellement, les hommes peuvent avoir un rôle d’accompagnateur dans ce type de danse, mais ils ne la dansent jamais en solo.

La danse baladi, qui veut dire « danse du pays » en égyptien, est d’abord une danse du peuple qui serait apparue en Égypte il y a deux mille ans environ. À l’origine, le baladi avait même une dimension religieuse parce que les mouvements ondulatoires étaient une représentation, semble-t-il, de l’accouchement et de la nativité. Par la suite, cette danse est devenue un divertissement profane et est demeurée ancrée dans les traditions des moyen-orientaux, pour qui cette danse a souvent un rôle important au cours des fêtes populaires. La plupart des femmes savent danser sans jamais avoir pris de leçons.

La danse orientale n’a toutefois pas de date d’origine précise, comme en a par exemple la danse classique française. Est-elle apparue chez les Phéniciens (le Liban actuel)? Les Tsiganes l’ont-elles apportée du nord de l’Inde? A-t-elle été introduite en Égypte par les Turcs ou les Turcs l’ont-ils au contraire apprise des Égyptiens? Les thèses s’opposent, toutes étayées. Il semble que ce soit une forme de danse aussi vieille que le monde. On en a en tout cas retrouvé des traces dans le monde entier : Afrique, Espagne, Inde, Grèce antique, Rome, Nouvelle-Zélande, Hawaï.

Pourquoi donc la qualifier d’orientale si cette forme de danse était répandue jadis dans le monde entier? Parce que c’est dans les pays conquis par l’Islam qu’elle est restée le plus populaire et qu’elle a atteint le plus grand raffinement, principalement en Égypte. Toutefois, quand on parle de danse orientale, c’est de danse égyptienne professionnelle qu’il s’agit. La danse turque est presque la même, mais avec des accents plus marqués. Celle de l’Afrique du Nord a des mouvements spécifiques, avec des variantes selon les régions.

À qui s’adresse le baladi et pourquoi le pratiquer?
Le baladi constitue en premier lieu une danse qui permet d’exprimer avec grâce et émotion les sentiments les plus intimes de notre être. Elle est également considérée comme un exercice physique intéressant puisque sa pratique régulière aide à améliorer la posture et l’équilibre tout en développant la souplesse. Elle met à contribution des parties de notre corps que nous n’avons pas l’habitude de travailler.

La musique est également fascinante. Tantôt enjouée, tantôt langoureuse, la musique baladi touche immanquablement aux cordes les plus sensibles de notre féminité. Le baladi devient alors bien plus qu’un simple divertissement : c’est une façon unique de se dire et de s’extérioriser, en pleine harmonie avec son corps.

En terminant, on peut dire que le baladi est conçu autant pour le plaisir des gens qui regardent que pour la danseuse qui s’exécute.

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

autres articles intéressants

Julie Marie Dorval

Choisir ses mots : un atout majeur dans l’art de communiquer

« On ne peut pas ne pas communiquer. »C ’est ce que Paul Watzlawick, théoricien reconnu de la communication, a simplement mais brillamment énoncé. Cette idée exprime peut‐être une évidence, mais souligne à la fois une notion fondamentale : l’être humain est en constante communication avec ses pairs.

Francine Guiet

Une vie de chien

Vivre maintenant… être authentique – comme un chien. Avez-vous remarqué à quel point il est facile de perdre sa capacité d’être dans le moment présent : les enfants, le travail, la famille, les amis, les voisins, le manque de temps et d’énergie…

Luce Belanger

Le sens du sacré chez les premiers peuples

À l’origine, nos ancêtres avaient un contact privilégié avec la Terre. Petit à petit, ces mémoires se ravivent, et il se révèle que le feu qui semblait éteint ne faisait que dormir sous les braises.