Le cadeau de l’été

Au cours des derniers mois, j’ai souvent pensé aux nombreux vacanciers qui peuvent, chacun à sa façon, se ressourcer sous le soleil et profiter de la chaleur qui nous manque tant tout le reste de l’année. Tous les mois de la période estivale ont été magnifiques. Nous avons tous été bénis par cette belle période de douceurs et de plaisirs tant mérités. Oui, bravo, Monsieur le monde…Compliments pour vos saisons qui nous donnent des idées de chansons!

Cheminement a maintenant 19 ans! Cette édition marque le début de sa 20e année d’histoire, de collaboration et de partages en Outaouais depuis 1997. Quelle belle aventure qui se poursuit! Nous avons grandi et, ensemble, nous poursuivons notre chemin d’enrichissement vers une conscience élargie des miracles qui s’opèrent en nous, ces nombreuses facettes et dimensions de l’être humain. Incroyable, au fond, de penser où nous en sommes lorsque nous songeons à la richesse des informations qui nous sont accessibles et aux valeurs humaines et spirituelles que nous avons su intégrer. Les jeunes générations sont déjà imprégnées de ces connaissances et valeurs que nous avons véhiculées ces dernières années.

Je suis inspiré par la nouvelle décennie qui débute pour Cheminement. Selon la numérologie, le chiffre 2 représente une énergie de relation, de collaboration et de partage avec l’autre, avec les autres. Cette inter­prétation donne bon espoir que la mission de Cheminement sera rehaussée dans ce rôle consistant à rendre accessible ce qui relève du meilleur pour nous tous, comme individus et comme communauté.

Dans le même ordre d’idées, j’admets avoir été très inspiré par le message­ du président des États-Unis, monsieur Obama, dans le discours qu’il a prononcé en juillet, lors de la convention nationale démocrate. Il a parlé du caractère historique que revêtira l’élection présidentielle de novembre parce qu’elle aura des répercussions importantes sur les nations de la planète entière, mais ce qui m’a particulièrement touché est l’invitation qu’il a lancée à chacun à jouer un rôle actif dans l’arène de la vie face à tous les grands changements qui se produisent de nos jours, les invitant à ne pas demeurer de simples spectateurs. Donc, oui, la collaboration, la relation, l’entraide, le dialogue font peut-être tous partie des valeurs universelles comptant parmi les plus essentielles dans l’espoir que nous instaurerons un monde nouveau, plus pacifique, plus joyeux et plus en santé en nous fondant sur les nouveaux modèles que nous établirons.

Je tiens à remercier tous nos auteurs­ et nos annonceurs grâce à qui Cheminement a pu franchir ce seuil pour en arriver au début de la vingtaine. J’adresse des remerciements tout particuliers à nos quelques bénévoles qui ont à cœur l’excellence de l’usage de la langue française et qui appuient tous nos auteurs en révisant et en corrigeant minutieusement tous les textes qui sont publiés dans chacune des éditions. Merci à Johanne Falardeau et à Sylvie Dubé de mettre leurs talents au service de l’excellence vers un mieux-être. Merci aussi à Michel De Beaumont pour son appui afin que les revues arrivent à bon port lorsqu’on les reçoit de l’imprimeur.

En conclusion, des nouvelles énergies émergent continuellement et viennent soutenir notre évolution vers le meilleur. Elles sont au-delà des mots. Comme une vibration qui touche le centre de notre être et qui nous appelle à nous centrer pour enfin nous unir à tous les cœurs qui battent sur cette terre.

Vous découvrirez dans cette édition des réflexions et des chemins qui nous sont proposés. Ils sont des voies et des pistes d’entraide qui ont pour seul but de nous appuyer dans notre démarche visant à trouver la paix dans la pleine conscience du NOUS que nous sommes.

Bonne continuité à chacun et bonne rentrée!

Partager

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest

autres articles intéressants

Maïka Roy

Se choisir plutôt qu’endurer

Le désir de changer quelque chose dans sa vie émane souvent d’une situation qui nous amène à vivre un malaise tellement intense qu’il nous devient impossible d’y rester. Les « moins » finissent par l’emporter sur les « plus ».