Est-ce une confiance aveugle?

Les champs électromagnétiques (CEM), un enjeu sur la santé (la suite)

Il n’y a plus de fin à ce bombardement insidieux des champs électromagnétiques. Maintenant, aveuglés par la technologie et le côté pratique qu’ils apportent, on se laisse tenter par tous ces gadgets disponibles, Bluetooth entre autres (technologie sans fils). Nous acceptons cette technologie car nous avons l’impression qu’ils vont nous libérer du temps. On ne questionne même pas l’innocuité et l’impact qu’ils ont sur notre santé physique et mentale. Des facteurs de risque qui s’ajoutent sournoisement à la liste déjà longue de nos mauvaises habitudes de vie.

En plus, on consomme ces objets qui vite deviennent désuets pour être remplacés par d’autres plus performants, mais pas moins toxiques pour notre santé.

Dans nos maisons, on se croit à l’abri des CEM. Chauffage radiant électrique (plafonds, planchers), maisons sous des lignes de haute tension, etc. Sans nommer les trois écrans plats, les cellulaires de chaque membre de la maison, les laptops, etc. Lors de l’achat d’un laptop, demandez au vendeur celui qui émet le moins de champs électromagnétiques ou s’il y a des mesures à prendre pour se protéger des CEM.

Savez-vous que maintenant il y a même dans vos appareils ménagers comme la laveuse et la sécheuse, le lave-vaisselle et tous les autres appareils ménagers, un mécanisme sans fil qui nous permet d’avoir l’heure exacte d’utilisation par l’entremise du compteur intelligent d’Hydro-Québec?

Hydro-Québec veut installer un compteur intelligent à chaque maison. À l’heure actuelle, il y a des projets pilotes comme dans le quartier Villeray à Montréal qui est soumis à cette mesure. Pour qu’il ne soit pas installé à votre domicile, vous devrez payer un montant initial et finalement un forfait mensuel.

Les compteurs intelligents sans fil provoquent une vive controverse au sein de groupes scientifiques. Le Dr David Carpenter, professeur de santé publique à l’université d’Albany (New York), ses collègues et des professionnels de la santé dénoncent le manque d’information sur le développement d’hypersensibilités électromagnétiques après l’installation de ces compteurs.

Ces compteurs émettent des micro-ondes pulsées atypiques qui n’ont jamais été prouvées sans effets secondaires. Ces décharges de micro-ondes qui durent des millisecondes et qui se répètent de 9 à 190 mille fois par jour, dépendamment du temps de la journée intense ou moins intense, multiplient l’exposition et les facteurs de risque.

Tant que les problèmes reliés aux CEM ne nous touchent pas directement, il est bien sûr que nous occulterons cette question. Surtout aussi à cause de la subtilité des symptômes et qu’ils se manifestent souvent à retardement, lorsque le mal est déjà implanté. Ils peuvent se manifester par des maux de tête de légers à violents, des engourdissements, des pertes d’équilibre, des problèmes de vision, des pertes de mémoire et bien d’autres symptômes.

Pour plus d’informations sur les CEM, Le magazine « La Maison du 21e siècle » avec ses articles de Stéphane Bélainski (Expertise Électromagnétique, Environnementale 3E) et Le journal Vert sont de très bonnes sources.

James McConnell et Marie Couture, ND.A

Copropriétaires chez Sol Épicerie Santé www.solbio.ca

Avec ou sans viande? Ça suffit la chicane! 

Il ne se passe pas une journée sans qu’on entende parler d’alimenta­tion. Et bien souvent, on nous inonde d’informations contradic­toires. Mangez-vous paléo, céto­gène, méditerranéen, végétalien?­ Comment savoir si un type d’ali­men­­tation nous aidera ou non à atteindre un état de santé optimal?

Avant tout, il faut savoir que chaque type d’alimentation a ses forces et ses faiblesses. L’alimentation végétalienne préconise les vitamines et les fibres. Cependant, il est difficile d’y trouver le fer et les protéines en quantité suffisante et impossible d’obtenir de la vitamine B12. Il est aussi possible pour un végétalien d’avoir une alimentation de mauvaise qualité qui soit riche en produits raffinés et transformés.

À l’opposé, il y a l’alimentation paléolithique, sans sucre, graines, légumineuses, produits laitiers; elle ne contient que de la viande, des légumes, des fruits, des noix et des graines. Aussi extrême que cela puisse paraître, cette alimentation peut être santé. L’alimentation paléo est toutefois pour certains une excuse pour manger beaucoup de viande et peu de végétaux.

Alors, qu’est-ce qu’on mange?

À trop vouloir chercher la perfection, on finit par oublier le principe fondamental : manger sert à se nourrir. On peut penser que les paléos et les végétaliens vivent aux antipodes les uns des autres, mais pourtant ces deux types d’alimentation ont en commun plusieurs principes :

  • La consommation des vrais aliments non transformés. Choisir des produits qui contiennent le moins d’ingrédients au nom imprononçable ou qu’on ne mettrait pas dans une recette.
  • Les légumes en abondance pour les deux types d’alimentation et, dans une moindre mesure, les fruits. Variez la cuisson, la présen­tation, les couleurs et les textures.
  • Les gras sont bons pour vous s’ils proviennent de bonnes sources comme l’huile d’olive, les avocats, les noix et les graines.
  • Qu’elles soient végétales ou animales, les protéines sont nécessaires à la santé, car elles contiennent des acides aminés qui sont nos blocs de construction.

L’important est de garder en tête que ce qui est bon pour une personne ne le sera peut-être pas pour une autre. L’idéal est de manger selon ce qui nous convient vraiment et nous donne de l’énergie. Après tout, il n’est écrit nulle part qu’on ne peut pas mélanger les styles.

Chers lecteurs

Cette édition spéciale est le cadeau que Cheminement vous offre en ce début d’une nouvelle année. Elle contient votre exemplaire du Bottin mieux-être et santé globale 2018 qui est l’expression de la volonté commune d’intervenants, d’organismes et d’entreprises de la région qui ont à cœur votre mieux-être. Dans les 11 pages de la section centrale, vous trouverez une multitude de services et de contacts, tous liés à des approches et à des soins naturels et préventifs vous permettant de faire des choix vigilants pour vous-même tout au long de la nouvelle année.

La grande collaboration des participants est ce qui a permis à l’équipe de Cheminement d’assembler un aussi riche répertoire de ressources et de contacts pouvant contribuer à votre bien-être. Vous serez à même de constater à quel point nous sommes privilégiés d’avoir accès, ici en Outaouais, à une aussi grande richesse collective de soins individuels et spécialisés.

Nous souhaitons de tout cœur que, durant toute l’année 2018, chacun de vous s’efforcera de faire les meilleurs choix possible pour vous-même en reconnaissant que le maintien d’une santé optimale passe par des actions conscientes au jour le jour, de la même façon que notre bonheur se cultive au quotidien. Apprendre à se choisir avec amour et respect est ce que nous vous souhaitons à toutes et à tous cette année.

En fin de compte, chacun de nous est le jardiner de sa propre vie et est en très grande partie responsable de son bonheur et de la qualité de sa santé.

Conservez précieusement cette édition de Cheminement et tirez pleinement profit de la richesse des services, des soins et des conseils préventifs qui vous y sont proposés.

Une version numérique du bottin 2018 se trouve sur le site Web de Cheminement (cheminement.com). Je vous invite à consulter aussi notre bottin des intervenants sur le Web pour voir le profil plus détaillé de plusieurs des participants au bottin et des autres intervenants. Consultez-le régulièrement pour en découvrir des nouveaux qui s’ajouteront tout au long de l’année.

Merci de nous lire et d’être là, avec nous, sur ce chemin que nous suivons ensemble vers le meilleur. Je vous invite à me faire part de vos commentaires, de vos idées et de vos suggestions pour faire de la revue Cheminement un véhicule d’information encore plus pertinent pour nous tous!

Que l’année 2018 soit pour vous une des plus joyeuses dans la récolte du fruit des efforts que vous aurez déployés!